Cuento corto
2
771 VISITAS
Completado
tiempo de lectura
AA Compartir

Antiquité à mettre au placard

Un vent sec soufflait sur le paysage plat et désertique qui s'étendait à perte de vue, une créature reptilienne dotée de trois paires de pattes sortit de sous une pierre, réchauffant ses écailles multicolores sous les deux soleils visibles dans le ciel.

Soudain, le lézard releva la tête, sortant sa langue fendue en humant l'air, avant de de retourner sous sa pierre, alors qu'un bruit de moteur se faisait entendre.

Des nuages de poussières rouges se soulevèrent alors qu'un engin spatial de petite taille se posait dans la plaine aride, la flamme bleutée des rétro-propulseurs s'éteignant à l'atterrissage.

La rampe du vaisseau s'abaissa, tandis que les portes de l'appareil coulissaient lentement.

Une silhouette apparut dans l'ouverture, descendant la plateforme en tournant la tête de droite à gauche, la teinte du verre de son scaphandre s'adaptant à la luminosité ambiante.

Sa combinaison tenait plus de l'armure que de la tenue standard pour les voyages spatiaux, c'était un modèle militaire, possédant de nombreuses armes et plaques de protection, le genre de tenue qu'on enfilait pour foncer dans une horde d'ennemis en tirant dans tous les sens, pas pour explorer une planète déserte.

L'individu appuya sur un des différents boutons disposés sur ses avant-bras, son scaphandre se replia dans son dos, révélant un visage féminin éprouvé par le temps et passablement renfrogné.

Elle devait avoir une quarantaine d'années, avait la peau mate et ses cheveux noirs noués en tresses serrées sur son crâne commençaient à prendre une teinte grisâtre.

Elle prit une grande respiration en observant le paysage d'un air maussade, avant de se racler bruyamment la gorge et de cracher par terre, le reptile multicolore sortant de sa cachette en courant, sifflant furieusement, il s'enfuit rapidement sans que la femme n'y prête attention, occupée à vérifier l'arme qu'elle portait en bandoulière, un fusil d'assaut standard, elle le chargea en faisant la grimace.

Ce n'était pas le genre d'arme qu'elle aurait aimée avoir au combat, il avait pour réputation de s'enrayer facilement, mais elle n'était qu'en mission de reconnaissance sur une planète inhabitée, ses supérieurs n'avaient donc pas jugés utile qu'elle prenne la sulfateuse laser qui avait fait sa réputation sur le champ de bataille.

Il lui suffisait de placer quelques balises à certains points stratégiques afin de lancer un scan complet de la planète, ce qui permettrait de déterminer si cette dernière pouvait devenir une future colonie ou non.

Elle avait déjà mis en place les deux premières à plusieurs centaines de kilomètres de là.

Il ne lui en restait plus qu'une seule à poser, et elle aurait enfin terminé sa mission.

Elle se retourna vers son vaisseau en appuyant sur un nouveau bouton, les portes se refermèrent et la rampe retrouva sa place d'origine.

Elle pressa un autre bouton, un hologramme apparut devant elle, indiquant sa position et les emplacements où elle devait installer la dernière balise, elle posa deux doigt sur l'émetteur situé au niveau de son cou :

-Ramos à la base, vous me recevez?

Un crépitement inaudible fut la seule réponse, elle tenta de modifier le réglages plusieurs minutes avant d'abandonner :

-Mierda! Putain de bordel d'hijo de puta!! Elle jurait bruyamment tout en commençant à marcher en direction de l'emplacement de balise le plus proche, le sol se faisant plus rocailleux et tandis qu'elle prenait un chemin montagneux, elle continuait à grommeler en observant son environnement d'un œil entraîné :

-Vingt putains d'années dans l'armée, en premières lignes dans trois putains de guerres galactiques, des poignées de médailles à la con, mais non sergent, vous pouvez pas finir vos dernières années de services dans des bureaux comme tout le monde, vous comprenez, depuis la paix avec les Menzoris ils prendraient mal de voir le leader de l'escouade du chaos à un poste de prestige Nya nya nya.

Elle donna un coup de pied rageur à une pierre, l'envoyant valser dans le vide tandis qu'elle prenait de plus en plus de hauteur, elle prit une voix geignarde alors qu'elle continuait son monologue :

-Et maintenant qu'on lèche le cul de nos ennemis qu'est ce qu'on va faire des vétérans qui leurs ont mit la raclée pendant des années ? Ho que buena idéa, envoyons les le plus loin possible faire les pendejos d'éclaireurs sur des putana de planètes de merde où il y a même pas de foutu signal radio !

Elle interrompit sa tirade quand l'écran du détecteur de mouvement intégré sur son bras gauche se mit à grésiller, elle le frappa en jurant encore plus, l'écran revint finalement à la normale, mais elle continua à le fixer d'un œil mauvais.

Son équipement n'était pas de la première jeunesse, mais ce genre d'interférence n'était pas normal.

Elle s'arrêta un instant, de là où elle se trouvait à présent, elle pouvait apercevoir son appareil en contrebas, et le désert pierreux qui s'étendait au loin.

Il avait évidemment fallu que la dernière balise soit la plus compliquée à poser.

La piste rocailleuse qu'elle suivait jusqu'à présent s'arrêtait nette à quelques mètres devant elle, débouchant sur un précipice.

Elle leva la tête en soupirant, essayant d'apercevoir le sommet de la falaise qui la surplombait sur sa gauche.

Elle consulta une nouvelle fois sa carte holographique, elle n'avait pas d'autres solution que de prendre de la hauteur, elle émit un rire moqueur :

-Puta, heureusement que j'ai pas voulu de leur foutue tenue d'éclaireur.

À la différence de sa combinaison militaire, qui était parée pour toute éventualité et tout type de terrain, la tenue d'éclaireur standard ne comptait pour ce genre de situation qu'une paire de bottes crampons bas de gammes, en comparaison, vous auriez eu plus de chances de survie en escaladant avec une seule main.

Elle retira de ses épaules le sac contenant la dernière balise, pour le prendre à la main, tandis qu'elle appuyait plusieurs fois sur une plaque de pression située sur son torse .

Le jetpack formant une excroissance métallique dans son dos s'activa, produisant des flammes bleutées tandis qu'elle s'élevait rapidement du sol.

Elle se guidait avec savoir-faire grâce aux poignées passant par-dessus ses épaules, elle ne tarda pas atteindre le sommet de la falaise, ayant franchi plusieurs centaines de mètres en moins d'une minute.

Elle se trouvait à présent sur une grande plate-forme rocheuse, son détecteur de mouvement était maintenant inutilisable, elle avait dû l'éteindre durant l'ascension, les interférences créant un boucan assourdissant.

Avant d'envoyer des éclaireurs sur une planète, on effectuait en général un scan basique visant évaluer le niveau de menace et la présence ou non de formes de vie hostiles.

Cela n'avait pas été le cas pour celle-ci, mais si cette étrange montagne semblait brouiller le moindre signal, le scan pouvait en être faussé.

Sur le qui-vive, fusil en mains, elle s'avança vers le centre du plateau pierreux, observant d'un œil critique les cavernes et creux qui parsemaient les parois faces à elle, la balise placée dans le sac émit une série de bips sonores, indiquant qu'elle était arrivée à destination.

Elle détailla les alentours pendant encore quelques instants, cherchant le moindre os rongé ou tout autres signes indiquant la présence de prédateurs.

Arrivée environ au centre de plateau, elle se détendit légèrement :

-Mierda, ce que j'aime pas cette planète...

Laissant son arme de côté, elle posa son sac au sol, en extirpant la balise qui clignotait dans tout les sens, c'était un long tube de métal noir, elle la posa au sol à la verticale, et appuya sur l'unique bouton disposé sur le dessus de l'engin, aussitôt, là machine se séparra en deux parties, l'une s'enfoncent dans le sol jusqu'à ne plus en dépasser, et l'autre s'élevant dans le ciel à l'aide d'un réacteur jusqu'à ne plus être qu'un vague point dans le ciel.

Sa mission terminée, elle n'avait plus qu'à retourner à son vaisseau par le chemin qu'elle avait emprunté à l'aller.

Elle s'apprêtait à poussait un soupir de soulagement avant de repartir, quand elle ressentit un soudain pique de douleur à la base du crâne :

-Mierda...

Cette foutue sensation de malaise, elle savait parfaitement ce que c'était, c'était en partie ce qui lui avait permis de survivre pendant toutes ces années au front.

C'était son inexplicable sixième sens qui l'a prévenait qu'un énorme paquet d'emmerdes n'allait pas tarder à lui tomber dessus, ça n'avait jamais manqué.

Lentement, elle saisit à nouveau son arme en pivotant avec précaution, scannant du regard la moindre pierre, le moindre espace entre deux rochers, cherchant la cause de cette gêne.

Finalement, elle se figea, à une cinquantaine de mètres d'elle, dans la plus grande des crevasses rocheuses, se tenait une immense créature au regard malveillant.

Ses grands yeux jaunes aux pupilles verticales la fixant avec attention.

Bien que la chose soit en partie dissimulée dans l'ombre de la caverne, elle pouvait facilement estimer ses chances de se sortir d'un combat contre un tel monstre.

Une quinzaine de mètres de haut, une peau dotée d'écailles ayant un aspect pierreux, des poings démesurément grands, et une mâchoire entrouverte révélant des dents qui n'invitaient pas vraiment à la confiance.

La militaire et la créature se fixèrent ainsi un long moment, le moindre geste provoquerait inévitablement le chaos.

Brisant ce moment de calme avant la tempête, la balise produisit un sifflement strident, indiquant qu'elle s'était enfin connectée aux deux autres appareils situés ailleurs sur la planète, et qu'elle était prête à scanner l'environnement.

Le sergent lança un fumigène pour couvrir sa fuite, partant à toutes jambes à l'opposé du monstre, appuyant sur la commande de son jetpack, l'appareil se mit en marche, alors qu'elle entendait les rugissements assourdissants de la créature derrière elle, ses pieds décollèrent du sol, et elle s'apprêtait à sauter du rebord, quand un choc puissant contre son flanc gauche la propulsa contre un bloc de pierre dans le crissement métallique de son armure, éteignant sa machine et l'assommant sur le coup.

Elle roula sur le dos, à côté du rocher qui l'avait frappée, crachant du sang en hoquetant, tentant de saisir son arme d'une main tremblante, les pas tonitruants de la créature se rapprochaient, elle avait l'écume aux lèvres, levant ses poings, prête à écraser la misérable humaine qui avait osée pénétrer sur son territoire, la femme grogna en se parlant à elle-même :

- Mierda... Bouge ton cul Rosa, il est pas question que tu finisse en pique-nique...

L'adrénaline lui faisant retrouver ses esprits, elle fit une roulade de dernière minute, les poings gigantesques heurtant l'endroit où elle était étendue quelques secondes plus tôt dans une explosion de roche.

Épaulant son arme, elle tira une courte rafale en direction du visage de la créature, cela eu pour seul véritable effet de l'enrager encore plus, les balles rebondissant sur sa peau écailleuse, elle se mit à fouetter l'air à l'aide de ses mains titanesques sans cesser de rugir .

Rosa esquivait du mieux qu'elle pouvait les attaques grossières de la créature, tirant à intervalle régulier après chaque esquive, tentant de trouver un point faible dans l'armure d'écailles, mais même si il en existait un, ce n'était pas avec des balles standards qu'elle aurait put abattre cette chose, elle regrettait encore plus amèrement de ne pas avoir emporté sa mitrailleuse.

Elle tentait d'atteindre les yeux du monstre, celui-ci se couvrant le visage d'une main en tentant de la saisir de l'autre, quand son arme s'enraya, elle jura bruyamment, manquant de se faire attraper par l'immense patte griffue, puis elle courut sur quelques mètres avant d'effectuer une glissade derrière un amas de roche.

Elle vérifia rapidement ses options, son jet-pack était inutilisable, pour redescendre la falaise, elle n'avait pas d'autres choix que d'utiliser une corde de rappel, mais pour pouvoir l'installer, il était d'abord nécessaire d'affronter la bête.

Relevant la main qui protégeait ses yeux, la créature chercha sa proie du regard, tournant sur elle-même en grognant d'un air frustré.

La proie en question profita de ce court répit pour saisir une grenade collante, et de la placer sur l'arme défectueuse, les bruits de pas du monstre se firent de nouveau entendre, il l'avait finalement repérée, elle arma l'explosif, avant de jeter le fusil piégé au sol, en face de son adversaire qui approchait.

La créature s'arrêta un instant pour regarder l'engin qui clignotait dans tous les sens, l'explosion, amplifiée par les munitions restantes de l'arme, fit l'effet d'un véritable feu d'artifice, propulsant balles et débris de métal à plusieurs mètres alentour, la bête effrayée recula maladroitement, trébuchant et chutant sur le dos en hurlant, plusieurs bouts de ferrailles en fusion l'ayant blessée au visage.

Rosa bondit de sa cachette, appuyant sur divers boutons de son armure, activant la propulsion des ses bottes, elles étaient certes, beaucoup moins performantes que son réacteur dorsal, mais elles lui permirent d'atteindre une corniche situé à une hauteur qu'elle espérait hors d'atteinte de son poursuivant.

Elle rampa à plat ventre le plus loin possible du rebord, invisible depuis la plateforme où la créature s'était à nouveau mit à tourner en rond, frappant les murs de pierre avec fureur.

Tout le corps du sergent lui faisait mal, ses vieilles blessures de guerre se réveillant au moindre mouvement, elle ferma les paupières, la respiration lourde, elle ne pourrait plus esquiver les coups de la créature encore longtemps, il fallait qu'elle change de tactique.

Alors qu'elle réouvrait les yeux, observant les alentours en réfléchissant, son regard fut attiré par un reflet métallique.

Elle avança en direction de l'objet, tentant de faire le moins de bruit possible, elle arriva devant un boîtier de fer d'une vingtaine de centimètre, fait dans un alliage de métal bleuté, elle resta bouche bée en reconnaissant l'appareil.

Même si rien sur l'engin ne permettait d'identifier sa provenance, elle en avait bien assez vue durant sa carrière militaire pour reconnaître un brouilleur de signal Menzori.

Ses traits se durcirent tandis qu'elle comprenait peu à peu la situation, elle désactiva l'engin d'un geste expert, aussitôt, son détecteur de mouvement se remit à fonctionner normalement, marquant la position exacte de la chose qui grognait en humant l'air en contrebas.

Elle était censée être la première personne à mettre le pied sur cette planète, qui était aussi censée n'abriter aucune créature dangereuse.

Cela aurait put ressemblait à de la paranoïa de penser qu'on lui avait tendu un piège, mais même si officiellement, les humains et les Menzoris avaient établit la paix d'un commun accord, les aliens avaient en vérité usés de fourberie et de corruption pour prendre le pouvoir par la ruse, se mettant le gouvernement dans la poche, cela n'avait donc rien d'étonnant qu'ils aient préférés l'éliminer en prétextant un accident de mission.

La vérité, c'était que elle et son unité avaient une-t-elle réputation dans la galaxie, que s'ils avaient rejetés la paix, une bonne partie de l'armée humaine les auraient suivis.

Elle sentit la rage montait en elle, tout ce qu'elle demandait après avoir offert sa vie au service de son peuple, c'était qu'on lui foute la paix :

-Ma pauvre Rosa, je sais pas ce que tu espérais, tu pensais réellement avoir droit à une mort paisible dans ton lit ?

Elle émit un rire moqueur, tandis qu'elle détachait sa ceinture d'explosive, qui comptait encore un bon nombre de grenades et de fumigènes, elle se releva, l'air déterminée, la créature en contrebas releva ses yeux malveillants en l'apercevant, retroussant ses babines sur ses dents longues comme des poignards, elle fit de grands gestes pour attirer son attention :

-Bha qu'est ce t'attend cabron? Viens me chercher enfoiré!

L'effet ne se fit pas attendre, le monstre se jeta contre la parois en rugissant, tentant en vain d'attraper la femme campée au sommet.

Armant l'une des grenades, Rosa lâcha la ceinture dans la gueule béante de la bête en dessous, celle-ci déglutit sous le coup de la surprise, pour ne pas s'étouffer.

La femme se remit à couvert, quelques secondes plus tard, une explosion se fit entendre, la détonation en fut comme assourdit, regardant par dessus le rebord rocheux, elle vit la créature tomber à genoux, vomissant un immonde mélange de sang et d'organes déchiquetés, de la fumée s'échappait de sa gueule entrouverte.

La soldate se permit un léger sourire victorieux, qui disparut vite quand elle vit le monstre se relever à grandes peines, hurlant de colère et de douleur :

-Dios mio mais c'est quoi cette saloperie?!

Agrippant le haut de la plateforme, la bête blessée entreprit d'escalader la parois, son sang noirâtre coulant toujours entre ses crocs effilés.

Rosa se recula, le visage grave, mais l'air déterminé, tant qu'à mourir, autant mourir au combat, elle avait épuisé tout ses explosifs, et les propulseurs de ses bottes étaient presque à sec, elle dégaina la seule arme qu'il lui restait.

C'était une lame d'acier d'une vingtaine de centimètres, le fil de l'arme semblait vibrer légèrement, ce genre de lame était capable de pénétrer la plus épaisse des armures, et pouvait trancher de la pierre comme si c'était du beurre.

Le souci étant que c'était une arme de corps à corps.

Elle ferma les yeux une seconde, prenant une grande respiration, se préparant à affronter la mort, avant de sauter de la corniche en hurlant, atterrissant en plein sur le visage gigantesque de la créature, plantant sa lame dans un des grand yeux jaunes.

La chose hurla, surprise, et lâcha prise, atterrissant sur le dos quelques mètres plus bas, la militaire s'accrocha à son arme de toutes ses forces pour ne pas être désarçonnée.

Une fois son adversaire au sol, elle se remit rapidement sur pied, lui poignardant le visage comme une furie, si les balles avaient à peine égratignées la peau écailleuse, la lame vibrante faisait des dégâts impressionnant.

Elle eut le temps de porter une quinzaine de coups avant que la chose ne l'envoie valser d'un coups de patte .

Elle percuta la paroi pierre de plein fouet, son côté gauche encaissant le plus gros du choc, elle se redressa à genoux, à bout de souffle, geignant de douleur, le bras cassé, pendant inutilement contre son flanc, du sang coulant du sommet de son crâne lui embrouillait la vue.

A une dizaine de mètres, le monstre n'était pas en meilleur état, un seul de ses yeux était encore intact, sa respiration était sifflante et il était obligé de rester à quatre pattes pour ne pas s'écrouler, tout son corps tressaillant tandis qu'un liquide noirâtre suintait entre ses crocs.

Les deux ennemis se regardèrent dans les yeux, l'un comme l'autre étant animé d'un instinct bestial qui persistait à faire battre leur cœur.

Finalement, la créature rugit une nouvelle fois avant de se jeter en avant, fonçant la gueule grande ouverte, de son côté, Rosa courut sur quelques mètres, avant d'activer ses bottes, se jetant droit sur la créature, hurlant à pleins poumons, brandissant son arme de sa seule main valide.

----

La créature humanoïde avait la peau d'une teinte bleutée, un sourire dévoila ses petites dents pointues tandis que ses mains palmées tapotaient sur un clavier.

Le Menzori émit un gloussement étrange, semblable à un rire, tandis qu'il observait le dossier holographique qu'il avait sous les yeux.

Celui du sergent Rosa Ramos, qui avait mené un célèbre bataillon pendant les trois guerres ayant opposées les humains et les Menzoris.

L'escouade du chaos... Le nom pouvait semblait cliché, mais il convenait parfaitement à ce commando humain composé de fous de la gâchette surentraînés, d'experts en explosifs, et qui était dirigé par une femme connue pour avoir défendu un avant-poste à elle seule contre une armée entière durant plusieurs jours .

On faisait appel à eux aux endroits où le combat était le plus violent, ils ne faisaient pas dans la finesse, à foncer dans le tas en tirant et en explosant tout sur leur passage, ils étaient une sorte de dernier recours, pour montrer aux aliens que l'humanité n'abandonnerait pas sans se battre.

Au fil du temps, leur renommée avait pris une telle ampleur qu'à leur arrivée sur le champ de bataille, certains ennemis préféraient se rendre immédiatement.

Mais enfin, après plusieurs années à supporter ces vestiges des vieilles guerres sur le vaisseau d'éclaireur qu'il commandait, ses supérieurs lui avait enfin donné l'ordre de s'en débarrasser en causant divers "accidents" de mission.

Et c'était maintenant au tour de leur cheffe... Cela faisait maintenant plusieurs jours qu'elle n'avait donné aucun signe de vie depuis sa dernière mission, tout semblait s'être déroulé selon ses plans.

Soudainement, la porte de son bureau vola en éclat, le souffle de l'explosion le propulsa contre le mur derrière lui, sonné.

Une silhouette en armure apparut dans l'encadrement arraché, lançant quelque chose dans sa direction, au milieu de la poussière qui emplissait la pièce, il parvint à distinguait ce qui ressemblait à la tête tranchée d'une créature immense, la moitié du visage criblé de coups de poignards, une langue verdâtre pendant entre des dents tranchantes.

Rosa s'avança dans la pièce, elle avait visiblement pris le temps de se soigner, et était armée de sa légendaire mitrailleuse lourde, son visage était couvert de sang séché, mais on distinguait facilement son air moqueur tandis qu'elle désignait la chose sanglante d'un signe de tête:

-Il en aurait fallu deux ou trois des comme ça pour m'avoir.

L'alien se releva, cherchant fébrilement à saisir l'arme dissimulée dans un tiroir de son bureau, il visa la femme qui s'approchait lentement, tremblant de tout son être, pendant qu'elle continuait comme si de rien était.

Il tira, le laser rata sa cible de plusieurs mètres, perforant le mur derrière elle, Rosa ne daigna même pas tourner la tête, fixant l'alien droit dans les yeux en souriant d'un air moqueur:

-Il aurait suffit de me donner ma retraite, pendejos.

Et elle appuya sur la gâchette, son arme produisant un bruit assourdissant en tirant une longue rafale de rayons lumineux, réduisant le Menzori en charpie, pendant quelques instants, l'atmosphère de la salle ne fut plus que poussière, éclats de mur, et tripes d'alien, la créature se transforma bientôt en un tas de chair bleuté et sanguinolent trônant devant un mur en ruine.

Hochant la tête d'un air satisfait, Rosa se retourna et partit d'un pas tranquille, reprenant le couloir par lequel elle était venue, des bruits de combats se faisant entendre à travers le reste du bâtiment.

Tout cela ne faisait que commencer.

13 de Abril de 2022 a las 21:29 0 Reporte Insertar Seguir historia
1
Fin

Conoce al autor

Zizanie Savage "Good is good in the final hour, in the deepest pit without hope, without witness, without reward" J'écris parce que le monde est pourris et que la vie m'ennuie. Un language grossier. Une plume maladroite. Des sentiments sincères.

Comenta algo

Publica!
No hay comentarios aún. ¡Conviértete en el primero en decir algo!
~